search_left
 
Vign_J_SRC_Merci

Près de 8 000 lettres ont été envoyées à la ministre du Patrimoine et au premier ministre Harper dans le cadre de la campagne organisée par J’aime Radio-Canada et Leadnow.ca, la semaine dernière.

Cette campagne avait pour but de convaincre les délégués au congrès du Parti conservateur de rejeter les résolutions visant à abolir le financement public de Radio-Canada. Et nous avons eu du succès ! Seule la résolution, demandant que les budgets de la radio et de la télé de la SRC soient séparés, a été retenue et adoptée de justesse. Les résolutions qui auraient pu mener les conservateurs à abolir ou modifier le financement public de Radio-Canada n’ont même pas été soumises au vote.

Continuez à nous suivre et à vous impliquer, car vous pouvez faire la différence !





Dénoncez les résolutions des conservateurs !
Vign_J_aime_Radio-Canada_dans_le_coeur

Vous aimez Radio-Canada comme nous ?

Participez à notre campagne, d’ici la fin du mois, pour dire à la ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, ainsi qu’au Parti conservateur, de rejeter leurs résolutions visant l’abolition du financement public et le démantèlement de Radio-Canada.

Vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour vous impliquer sur le site de notre partenaire, « À l’action » : www.leadnow.ca/jaime-radio-canada

You love CBC ?
Vign_I_love_cbc
The Harper Conservatives want to weaken and dismantle CBC. We can’t let that happen!

Participate to our campaign, until the end of the month and tell to Minister of Canadian Heritage & Official Languages, Shelly Glove to drop the
Conservative Party convention resolutions to defund the CBC.

Take action : www.leadnow.ca/i-love-cbc
Plainte contre la SRC : le CRTC donne raison à Radio-Canada
Vign_EXPLORA_1
Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) rejette une plainte logée par Serdy Média inc. contre Radio-Canada.

Le propriétaire de la chaîne spécialisée Évasion soutenait qu’Explora diffusait des émissions d’aventure qui ne respectaient pas la nature du service autorisé par sa licence. Le CRTC a estimé que Radio-Canada avait au contraire démontré que les émissions en litige faisaient partie des catégories d’émissions permises – les découvertes scientifiques, l’environnement, la nature et la santé – et il a rejeté la plainte.

Serdy Média alléguait également que les promotions d’Explora, d’ARTV et de RDI sur les ondes de la Première chaîne et d’Espace musique constituaient de la publicité faite en violation de leurs licences de radiodiffusion. Le CRTC a conclu que Radio-Canada se conformait à l’interdiction de diffuser de la publicité à la radio puisque ces messages promotionnels n’étaient pas payés.

La SRC vendrait des images à V ?
Vign_Radio-Canada-et-V

Pour rentabiliser ses opérations, Radio-Canada vendrait les images tournées par ses caméramans à un compétiteur : V télé.

Selon le quotidien Le Devoir, le diffuseur public alimente ainsi l’émission matinale de V, produite par TC Media Production, depuis la fin août. Radio-Canada se justifie en disant qu’il y a des précédents, mais devenir le sous-traitant d’un compétiteur direct, ce n’est tout de même pas comme autoriser la diffusion de ses bulletins de nouvelles dans le métro de Montréal!

Les images de la SRC ont beau être vendues à l’état brut – et sans les exclusivités –, ce contrat porte atteinte à la diversité des voix, car avec les images vient une bonne partie de la grille éditoriale du diffuseur public. Les chances sont donc grandes que V diffuse des nouvelles très semblables à celles de Radio-Canada ou de RDI.

Les Québécois ont droit à une pluralité de sources d’information. Radio-Canada ne devrait pas concourir à diminuer cette diversité par des pratiques commerciales visant à compenser la baisse de son financement public. La SRC, en tant que diffuseur public, devrait donner l’exemple. 


Les abonnés du Devoir peuvent consulter l’article original ici :
http://www.ledevoir.com/societe/medias/388303/radio-canada-fournisseur-d-infos-a-v

ARTV sera offerte partout au pays !
Vign_ARTV_1

Le CRTC accorde une ordonnance de distribution obligatoire à ARTV dans les marchés anglophones du pays. Cela veut dire que les câblodistributeurs devront offrir ARTV à leur clientèle qui pourra alors choisir de s’y abonner ou non. Les francophones hors Québec auront donc accès à la chaîne de télévision culturelle de Radio-Canada s’ils le souhaitent. Vous pouvez lire l’ordonnance de distribution ici

C’est une belle amélioration quand on pense que bon nombre de câblodistributeurs dans les régions majoritairement anglophones n’offraient tout simplement pas ARTV. On jugeait que le bassin de francophones susceptibles de s’y abonner n’était pas suffisant. Ce n’était rien pour encourager l’usage du français dans ces régions où – il faut l’admettre – les francophones ont généralement peu de choix quand vient le temps de regarder la télé dans leur langue maternelle. L’attitude des câblodistributeurs n’avait rien pour encourager le bilinguisme non plus et faisait fi de l’intérêt possible des Canadiennes et Canadiens bilingues (qui sont de plus en plus nombreux) pour la culture francophone. 

Dans la même décision, le CRTC maintient la distribution obligatoire de cinq chaînes, dont CPAC et en approuve trois autres, dont deux en français. Le CRTC a refusé les demandes de 13 diffuseurs qui souhaitaient voir leur chaîne distribuée au service de base.   

Soirée culturelle pour la SRC
Vign_Pierre_Maisonneuve_1
 RADIO-CANADA AU CŒUR DE NOTRE CULTURE
 

 

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a organisé une soirée culturelle en soutien à Radio-Canada à Montréal mercredi au Lion d’Or à Montréal et de nombreux représentants du SCFP y étaient.

Des personnalités du monde artistique et politique sont venues attester de leur attachement à Radio-Canada. Chacun témoignant de l’importance du diffuseur public et réitérant leur vive opposition aux compressions imposées par le gouvernement Harper.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de patrimoine, Pierre Nantel, instigateur de l’événement, a fait valoir que Radio-Canada continue «d'être un levier pour les artistes et l'industrie culturelle québécoise».

Parmi les nombreux invités, mentionnons Pierre Maisonneuve, célèbre animateur à la radio de Radio-Canada. «Je défendrai toujours Radio-Canada. J’ai aimé y travailler pendant 41 ans. Combien de nos grands cinéastes et producteurs d’aujourd’hui doivent leur carrière à Radio-Canada?»

La grande danseuse et chorégraphe Margie Gillis a déclaré devant plus de 150 convives que «les Canadiens doivent pouvoir s'exprimer à la SRC pour se connaître, se comprendre, se définir.»

L'actrice Marie-Thérèse Fortin a rappelé à la salle que "Harper coupe dans la SRC pour des raisons idéologiques et pas économiques."

Le président de l’UDA Raymond Legault, a été incisif en déclarant que Radio-Canada reste, les gouvernements passent!"

Et finalement, Alexandre Prégent, conseiller au SCFP s’est levé pour, rendre hommage aux employés qui «se donnent à fond tous les jours pour la société d'État, malgré les compressions et l’incertitude qui plane sur leur avenir.» 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le SCFP et les autres syndicats des sociétés d’État font front commun avec le NPD contre C-60
Vign_NPD_et_syndicats_denoncent

Des représentants syndicaux des plus grandes sociétés d’État, dont le SCFP, se sont joints à l’opposition officielle à Ottawa afin de dénoncer l’ingérence du gouvernement Harper dans les négociations collectives dans les sociétés d’État.

«Ce n’est pas la première fois que le gouvernement Harper tente de s’immiscer dans les négociations à Radio-Canada. En 2009, le gouvernement a fait fi d’une entente dûment négociée entre le SCFP et la SRC en imposant de nouvelles conditions de travail avec la loi C-10. Le SCFP a contesté les dispositions de cette loi, et la Cour supérieure l’a déclaré inconstitutionnelle!», a révélé Denis Bolduc, secrétaire général du SCFP-Québec.

«Malgré le fait que la Cour supérieure ait rappelé au gouvernement Harper l’importance de la liberté d’association, le gouvernement refuse de se plier à la décision de la Cour et revient à la charge avec C-60.»

Le NPD et de nombreux syndicats lancent une offensive pour faire reculer les conservateurs sur le projet de loi de mise en oeuvre du budget (C-60).

«Le projet de loi C-60 est une nouvelle attaque envers les travailleurs syndiqués et non syndiqués du pays. C’est une atteinte sérieuse à l’indépendance des sociétés d’État et un désaveu complet des administrateurs de ces sociétés», a affirmé le porte-parole du NPD en matière de travail, Alexandre Boulerice.

J'aime Radio-Canada... et vous ?
À propos :

J’aime Radio-Canada est une coalition citoyenne de défense du diffuseur public et de sa mission démocratique et culturelle.

J’aime Radio-Canada fait la promotion d’un financement public stable, récurrent et pluriannuel de la SRC afin de lui permettre d’offrir des émissions originales et une information de qualité présentant divers points de vue. La Loi sur la radiodiffusion requiert en effet que la SRC produise une variété d’émissions qui informent, éclairent et divertissent un large public. 

Cela étant dit, même si nous aimons Radio-Canada, nous pouvons aussi porter un regard critique sur les décisions et la programmation du diffuseur public. En effet, en communication comme en toute chose, nous estimons que rien n’est parfait et qu’il y a toujours place à l’amélioration!

La SRC étaient en chiffres
Vign_j_src

La Société Radio-Canada a été créée, dans les années 30, pour assurer aux Canadiens que les ondes radiophoniques favorisent la libre circulation des idées essentielles en démocratie. Les ondes étant du domaine public, on voulait qu’elles soient utilisées pour maintenir une identité canadienne unique et non seulement à des fins commerciales; 
 
Radio-Canada c’est, notamment :
–  82 stations de radio et 27 stations de télévision;
–  2 réseaux (français et anglais);
–  14 bureaux à l’étranger;
–  8660 employés (en 1995, la SRC employait près de 12 000 personnes);
 
- Près de 40 % des activités de Radio-Canada sont financées par la vente de publicité, de droits et de produits dérivés; 
 
- Le reste provient du budget alloué par le gouvernement fédéral (1,1 milliard $) qui représente 34 $ par Canadien annuellement; 
 
- En comparaison, les Britanniques paient 110 $/an et les Allemands près de 150$/an pour leurs diffuseurs publics; 
 
- La Société Radio-Canada est le seul diffuseur canadien à s’adresser à tous les Canadiens – où qu’ils soient – dans les deux langues officielles et le seul à couvrir les communautés francophones hors Québec ;

- Le financement public de la SRC lui permet d’innover davantage que les diffuseurs privés dans sa programmation ainsi que sur Internet où elle offre une grande quantité de contenus.
 

Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre Pétition en images
Les artistes aiment la SRC
LION D'OR 23 JANVIER 2013
Sources
© 2012
Créer un site avec WebSelf