J'AIME RADIO-CANADA
I LOVE CBC
La Maison de Radio-Canada livrée sur un plateau d'argent - 15 janvier 2015
Vign_Tour_MRC

Nous avons appris  aujourd’hui qu’un seul consortium soumissionnera pour l’achat de la Maison de Radio-Canada. En effet, un autre consortium qui s’était qualifié pour le projet de partenariat public-privé (PPP) vient de se retirer. Alors que le processus de qualification avait retenu trois consortiums et que la direction de Radio-Canada avait garanti une forte concurrence, il ne reste maintenant plus qu’un seul joueur en lice.

Pendant que la direction de Radio-Canada se fait rassurante sur le fait que le consortium Partenaires du développement de la Maison (PDM) s’est retiré «sur une base volontaire, pour des motifs propres au consortium et ses membres», en réalité c'est tout le contraire. Stéphane Baillargeon dévoile dans son article du Devoir que le consortium formé autour de Broccolini Constructions a jugé que le projet de la nouvelle MRC n’était plus assez rentable à cause de la réduction de taille importante de CBC/Radio-Canada, causée principalement par les coupures de personnel et de projets.L’équipe formée autour de Broccolini Constructions juge que ce projet ne peut plus être assez rentable notamment parce que la nouvelle permanence de CBC/RC a été beaucoup réduite en taille au fur et à mesure des compressions de personnel et de besoins actuelles et projetées. [...]

Le retrait de l’autre constructeur majeur est confirmé dans une lettre datée du 12 janvier, estampillée «stricly confidential» et envoyée par le vice-président principal de Broccolini à une haute gradée de Radio-Canada. «Nous regrettons de vous informer qu’étant donné la position de CBC/Radio-Canada, nous nous retirons maintenant du processus de sélection de la compétition». -écritStéphane Baillargeon dans Le Devoir.Après le retrait du consortium auquel participait SNC-Lavalin, c’est maintenant celui de Broccolini Constructions qui se retire du processus, laissant seul le consortium piloté par Busac. Cette entreprise, qui a été «au centre du fiasco de l’Îlot Voyageur de l’UQAM» selon le quotidien, n’aura donc aucune concurrence et pourra soumissionner comme bon lui semblera.

«On s’apprête à vendre la Maison de Radio-Canada à un consortium sans que celui-ci n’ait eu de concurrence! C’est un non-sens pour un service public et Radio-Canada devrait mettre un terme à tout ce processus» -a dénoncé Michel Labrie, président du STARF-SCFP 5757.

Les dirigeants de la Société Radio-Canada n’ont jamais été en mesure de démontrer, chiffres à l’appui, pourquoi ils voulaient vendre ses actifs au privé. De notre point de vue, c'est une décision idéologique qui ne fait pas de sens.  Hubert T. Lacroix doit se réveiller et défendre Radio-Canada une bonne fois pour toutes !

Une des caractéristiques des PPP, c’est qu’ils limitent la concurrence. Dans ce cas-ci, elle a tout simplement été éliminée. Le processus opaque du PPP de la Maison de Radio-Canada fait craindre le pire, on estime qu’une gestion publique des actifs immobiliers de la société d’État serait l’idéal.

Malgré tout, en poursuivant avec le consortium Média Cité (Busac), Radio-Canada s’attend à une proposition finale au printemps 2015 et affirme que «les besoins identifiés, les règles et les paramètres financiers entourant le projet demeurent inchangés».

 

5 Décembre 2014
19 Novembre 2014
16 novembre 2014
16 novembre 2014
MANIFESTATION DU 16 NOVEMBRE EN ACCÉLÉRÉ
Cri du coeur de Dave : la fermeture du costumier de Radio-Canada
MOINS DE NOUVELLES LOCALES À RADIO-CANADA/CBC : - 12 DÉCEMBRE 2014
Vign_Remi_Racine

La main gauche sait-elle ce que fait la main droite, à la SRC ? 

La Société Radio-Canada a annoncé, la semaine dernière, que la durée de ses bulletins de nouvelles télévisés serait réduite de moitié à Sherbrooke, Trois-Rivières, Saguenay et Rimouski, dès septembre prochain. Le bulletin de CBC Montréal écope également et passera de
90 minutes à 30 minutes.


Ces annonces n’avaient malheureusement rien de surprenant puisqu’elles étaient attendues depuis le dévoilement de la stratégie 2015-2020. Toutefois, le président du conseil d’administration, Rémi Racine, avait laissé entendre la veille, devant un comité du sénat, qu’il n’était pas question de toucher aux nouvelles locale. La main gauche sait-elle ce que fait la main droite à Radio-Canada/CBC? On peut se le demander...

 

L’homme qui ne veut pas mordre la main qui le nourrit

On peut aussi se demander si le président du c.a. de la SRC a vraiment à coeur les intérêts du diffuseur public, sa mission et ses acquis.

Lors de son témoignage devant le comité sénatorial des transports et des communications, Rémi Racine a fait état des difficultés budgétaires de Radio-Canada/CBC et du fait qu’il est de plus en plus difficile de faire des économies : 

« Cela signifie qu’il faudra couper ailleurs, moins d’émissions canadiennes, moins d’épisodes, et plus de reprises. »

Selon lui, si les Canadiens veulent que Radio-Canada/CBC offre davantage que ce qui est prévu dans le plan 2015-2020, «…il faudra que les investissements dans la radiodiffusion publique deviennent une priorité. »

Ce n’est cependant pas lui qui va demander plus d’argent au gouvernement conservateur! Rémi Racine a en effet répondu à un sénateur que la SRC dispose d’un financement public suffisant. Il a ajouté que son mode de financement mixte est idéal, puisqu’il garde le diffuseur public sur le qui-vive. Le SCFP croit qu’un administrateur prudent et réellement indépendant du pouvoir ne miserait pas uniquement sur l’augmentation des revenus commerciaux, mais également sur une hausse du financement public.

 

Vue d'ensemble de la réduction de la durée des bulletins de nouvelles télévisés en région :

 Radio-Canada :

Les bulletins suivants passent de 60 à 30 minutes :

- Est du Québec    - Saguenay   - Trois-Rivières   - Sherbrooke   - Ontario   - Manitoba   - Saskatchewan   - Alberta   - Colombie-Britannique

CBC

Les bulletins suivants passent de 90 à 60 minutes :

- Vancouver   - Winnipeg   - Toronto   - Ottawa   - Halifax   - Charlottetown   - St. John   - Nord

Les bulletins suivants passent de 90 à 30 minutes :

- Calgary   - Edmonton   - Regina   - Windsor   - Montréal   - Fredericton

@ image - Rémi Racine, président du Conseil d'administration de Radio-Canada

FERMETURE DU COSTUMIER DE RADIO-CANADA - 5 décembre 2014
Vign_30

Cortège funèbre pour enterrer la décision d’Hubert T. Lacroix

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a souligné la triste nouvelle de la fermeture du costumier de Radio-Canada aujourd’hui, en tenant un cortège funèbre qui marque l’enterrement symbolique de cette décision odieuse d’Hubert T. Lacroix. 


Quelques centaines de Radio-Canadiens se sont joints à la procession qui a débuté à la Maison de Radio-Canada, a fait un petit circuit dans le quartier, pour se terminer à l’église Saint-Pierre-Apôtre. Les portes de l’église se sont ouvertes pour accueillir le cercueil et ses cloches se sont mises à sonner en solidarité et pour marquer l’occasion. 

«Tous les Radio-Canadiens sont en deuil aujourd’hui, mais nous poursuivrons la lutte contre le démantèlement de cette institution. Il faut continuer à en parler, à le décrier», a expliqué Sylvie Guertin, costumière à Radio-Canada, vêtue tout de noir et entourée par ses collègues qui ont perdu leur emploi. 

La grogne populaire s’intensifie contre la direction de Radio-Canada depuis les annonces de la vente de la Maison Radio-Canada, des compressions successives, de la fermeture des studios, et plus récemment, de l'abandon du plus grand costumier en Amérique du Nord. 

Le SCFP représente 1700 travailleurs de Radio-Canada au Québec et à Moncton dans deux sections locales: le SCFP 675 et le STARF-SCFP 5757.
Fermeture du costumier 5 décembre 2014

vign_1

vign_2

vign_3

vign_4

vign_5

vign_10

vign_6

vign_7

vign_9

vign_14
Fermeture du costumier 5 décembre 2014

vign_17

vign_18

vign_15

vign_20

vign_21

vign_23

vign_22

vign_33

vign_35

vign_31
Motion présentée par le NPD rejetée par les conservateurs - 27 novembre 2014
Malheureusement, les conservateurs ont rejeté hier la motion présentée par le NPD pour que le comité du Patrimoine étudie rapidement les impacts des compressions sur les actifs de Radio-Canada.
 
La motion a été défaite par 5 voix contre 4. Les députés du NPD et du Parti libéral siégeant au comité ont tous voté pour la motion après s'être exprimés sur sa nécessité. Les députés conservateurs n'ont même pas daigné commenter la motion présentée, ce qui en dit long sur l'importance qu'ils accordent au patrimoine du diffuseur public... 
HUBERT T. LACROIX AGIT-IL DE FAÇON PROACTIVE ? - 25 novembre 2014
Vign_HTL_Glover

Nombreux sont ceux qui reprochent au président de la Société Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, de ne pas avoir demandé plus d’argent au gouvernement fédéral au cours des dernières années. D’autres le défendent, en disant que ses demandes seraient de toute façon restées lettre morte, le gouvernement Harper n’ayant aucune intention d’allonger un sou de plus pour le diffuseur public…

La ministre du Patrimoine canadien, Shelly Glover, a bien illustré aujourd’hui pour quelle raison Hubert T. Lacroix aurait dû agir de façon plus proactive en demandant un meilleur financement pour le diffuseur public.

Au député libéral Stéphane Dion, qui la questionnait sur l’augmentation des revenus commerciaux de la SRC devant la réduction de son financement public, madame Glover répondit que lors des compressions de 2012, Radio-Canada avait dit avoir assez d’argent pour réaliser sa stratégie. La ministre a donc utilisé les propos serviles d’Hubert T. Lacroix pour justifier le retrait de 115 millions $ du budget de la SRC en trois ans. À l’époque, en février 2012, nous avions nous-mêmes été surpris d’entendre le Hubert T. Lacroix renoncer à défendre son institution en disant, devant la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain, que Radio-Canada allait faire sa part dans le Plan d’action pour la réduction du déficit (PARD). Pour un PDG de société d’État, cela manquait résolument de courage, c’est le moins qu’on puisse dire…

Depuis, le CRTC a aboli le Fonds pour l’amélioration de la programmation locale (FAPL) qui rapportait plus de 40 millions $ par année à la SRC. CBC a perdu les droits de diffusion du hockey de la LNH, ce qui se traduit par un manque à gagner important au niveau publicitaire. Enfin, les activités de Radio-Canada sur Internet et en mobilité se sont accentuées, ce qui nécessite des investissements importants que Radio-Canada a entrepris de financer par des compressions de personnel (plus de 1000 postes en 2014 seulement).

Avec le recul, force est d’admettre que la stratégie d’Hubert T. Lacroix manquait de vision et surtout… de prévision. En voulant plaire au gouvernement, le PDG de Radio-Canada a servi sa carrière et assuré le renouvellement de son mandat (octobre 2012). Il a toutefois mis de côté la prudence élémentaire dont il devait faire preuve comme gestionnaire afin de préserver le phare qu’est Radio-Canada pour la culture et la démocratie canadienne. 

MANIFESTATION EN RÉGIONS - 16 novembre 2014
Moncton
vign_Mct_2
Moncton
vign_Mct_1
Moncton
vign_Mct
Québec
vign_Qc
Saguenay
vign_Sag_1
Saguenay
vign_Sag_3

vign_Sag_2
Trois-Rivières
vign_TR_1
Sherbrooke
vign_Shb
Rimouski
vign_Rim
MANIFESTATION À MONTRÉAL

vign_Bobinette

vign_Dame_Plume

vign_Denise_Filiatrault

vign_Dominique_Poirier

vign_Enfants

vign_Enquete

vign_GND_et_Bazzo

vign_Manif_224

vign_Robert_Houle

vign_Stephane_Archambault
MANIFESTATION À MONTRÉAL
Nicolas Bédard
vign_Nicolas_Bedard

vign_Mireille_Deyglun_et_Jean-Francois_Lepine_1

vign_Manif_215

vign_Manif_216

vign_Manif_210

vign_Manif_174

vign_Manif_170

vign_Manif_133

vign_Manif_73

vign_Manif_75
MANIFESTATION À MONTRÉAL

vign_Manif_214

vign_Arretez_de_nous_raconter_des_histoires

vign_Francine_Grimaldi

vign_Jean-Francois_Lisee_3

vign_Jean-Rene_Dufort

vign_Jivanka_TVA

vign_Manif_2

vign_Manif_66

vign_Manif_83

vign_Manif_136
MANIFESTATION À MATANE

vign_Matane_1

vign_Matane_2

vign_Matane_3

vign_Matane_4

vign_Matane_5

vign_Matane_6

vign_Matane_7

vign_Matane_8

vign_Matane_9
RADIO-CONSERVATEUR !? - 14 octobre 2014
Vign_Sonja_Chong

Une autre nomination conservatrice au Conseil d’administration de la Société Radio-Canada

Le gouvernement du Canada a annoncé que Sonja Chong agira à titre de membre du Conseil d’administration de Radio-Canada pour un mandat de cinq ans à partir du 9 octobre 2014 en remplacement de Peter D. Charbonneau.

Tout comme les autres membres du Conseil d’administration de CBC/Radio-Canada, Mme Chong ne se cache pas d’avoir fait des dons au Parti conservateur du Canada.

Ainsi, sur les douze membres du Conseil d’administration nommé par le Parti conservateur,  il y en a au moins dix* qui ont fait des dons au parti conservateur dans les dernières années !

Le Conseil d’administration de Radio-Canada a pour mandat de gérer les activités de la Société de radiodiffusion publique qui doit offrir une très large programmation  qui renseigne, éclaire et divertit.  La Loi sur la radiodiffusion de 1991 stipule que, à l’article 3. (1) m) (i), la programmation de la Société devrait à la fois  « être principalement et typiquement canadienne; » et « refléter la globalité canadienne et rendre des comptes de la diversité régionale du pays, ».

Les dirigeants de CBC/Radio-Canada sont censés être distincts du gouvernement en place et être autonomes vis-à-vis des décisions prises par ce dernier. Toutefois, lorsque l’on sait que dix des douze membres du Conseil d’administration sont sur la liste des donateurs du Parti conservateur du Canada, il y a lieu de s’interroger  et de poser des questions à nos élus.

 

 

Sources : Friends.ca
FINANCEMENT PUBLIC DE LA SRC
Vign_financement_public_par_habitant

Pour l'année 2014-2015, le financement de CBC/Radio-Canada équivaut à 29$ par habitant par année, comparativement à la moyenne de 82$ pour les autres pays industrialisés (124$ pour l'Allemagne et 68$ pour la France). Sources : Nordicité

L'ÉVOLUTION DES CRÉDITS PARLEMENTAIRES DE LA SRC 2014
Vign_CREDITS-PARLEMENTAIRES-2014
FACEBOOK
Vign_JSRC_F
J'AIME RADIO-CANADA C'EST :

J'aime Radio-Canada est une coalition citoyenne et syndicale de défense du diffuseur public et de sa mission démocratique

J'aime Radio-Canada demande au gouvernement un financement public stable, récurrent, pluriannuel et bonifié pour CBC/Radio-Canada, afin de lui permettre d'offrir des émissions originales et une information de qualité tout en lui permettant de remplir son mandat d'éclairer, de divertir et d'informer.

Même si nous aimons CBC/Radio-Canada, nous portons aussi un regard critique sur les décisions et la programmation du diffuseur public. Comme en toutes choses, nous estimons que rien n'est parfait et qu'il y a toujours place à l'amélioration.

Vign_JSRCPETIT
 
Vign_HTL_et_Harper_detruisant_la_MRC
 
Vign_Star_Buck
 
La Société Radio-Canada a été créée, dans les années 30, pour assurer aux Canadiens que les ondes radiophoniques favorisent la libre circulation des idées essentielles en démocratie. Les ondes étant du domaine public, on voulait qu’elles soient utilisées pour maintenir une identité canadienne unique et non seulement à des fins commerciales; 

Notre pétition en images
Les artistes aiment la SRC
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre pétition en images
Notre Pétition en images
Sources
© 2012
Créer un site avec WebSelf